Jean-François Borras est Monégasque, une origine pas si commune pour un chanteur lyrique. Le ténor était invité pour Musiques en fête, diffusée sur France 3 mercredi dernier, en direct du théâtre antique. Une fois les décors de France télévision démontés, il poursuit son séjour orangeois  avec les répétitions de “Mefistofele” où il assure une prise de rôle dans l’opéra  d’Arrigo Boito, qui sera donné les jeudi 5 et lundi 9 juillet à 21h45 aux Chorégies d’Orange.
A 40 ans, Jean-François Borras confie ne rien avoir à cacher : « Je n’ai pas de rituel particulier, ni de technique de relaxation. J’ai seulement besoin de me détendre, être au calme et manger correctement. » Si d’aucuns de ses collègues artistes s’adonnent à des pratiques de relaxation, Jean-François Borras se limite à un retour au calme en évitant de téléphoner ou d’être sur Internet.
Le ténor assure que les réseaux sociaux l’aident à être en contact avec sa famille quand il est éloigné pour une production : « Je ne me sens pas seul. Je ne souffre pas de solitude. On vit un partage avec les autres chanteurs quand on est sur un plateau. Et puis après les répétitions on se retrouve pour manger ensemble entre collègues. »
A “Musiques en fête”, la question du logis ne se posait pas : « Nous avons des chambres d’hôtel en centre-ville. Pour Mefistofele, c’est différent, j’ai trouvé un endroit au calme, une maison en dehors de la ville. C’est nécessaire quand on a sept ou heures de répétition dans la journée. »
Avec Mefistofele, ce sera une nouvelle production qui s’affiche, et même une prise de rôle pour Jean-François Borras : « La production a été montée à l’opéra de Monte-Carlo, là ce sera différent car il faut l’adapter aux Chorégies et à sa scène. On peut dire que c’est une création. »
Jean-François Borras relève le défi tout en sachant que la durée des répétitions à Orange est réduite à quelques jours quand elles durent un mois à six semaines dans d’autres maisons françaises au moins. Mais lui, vient d’une autre école puisqu’il a souvent chanté à Vienne : « Là-bas les répétitions vont d’une semaine à trois jours. C’est très concentré, même si trois jours c’est court pour s’adapter. Car il faut être toujours à cent pour cent. »
Le personnage de Faust, Jean-François Borras le connaît pour l’avoir chanté avec succès dans l’opéra éponyme de Charles Gounod : « Il faut arriver à garder la jeunesse vocal et conserver cette fraîcheur le plus possible. »
A trente ans, tout est possible

Bruno ALBERRO

 

En bref : Les Chorégies d’Orange du jeudi 5 juillet au samedi 4 août avec deux opéras Mefistofele de Boito et Le Barbier de Séville de Rossini, de la danse, du cinéma et des concerts.

Renseignement au 04 90 34 24 24 ou à www.choregies.fr

Photo Youness Taouil