Depuis 2014, on commémore d’année en année la Première Guerre mondiale. Si les grandes batailles, les raisons qui ont déclenché la guerre entre la Prusse et la France, les écrivains et leurs écrits ont largement été commentées, la reconnaissance des musiciens de la Grande Guerre a été plus tardive. Un hommage leur est rendu par Luc, le fils de Lucien Durosoir.
Parmi ces musiciens, on peut citer : André Caplet, Lucien Durosoir et Maurice Maréchal qui ont reçu de nombreux hommages musicaux, théâtraux ou même muséographiques.
Pour eux, a été fondée, l’association Musiciens entre Guerre et Paix, en 2005.
De là, a été édité le livre “Maurice Maréchal, Lucien Durosoir, Deux musiciens dans la Grande guerre” (Editions Taillandier en 2005).
Ces derniers mois de 2018, alors que sera célébrée les 100 ans de l’Armistice plusieurs événements auront lieu autour de l’un ou l’autre de ces trois artistes.
Le 16 novembre à Radio-France : l’Orchestre philharmonique créera une œuvre de Philippe Hersant “Sous la pluie de feu”, c’est un concerto pour violon, violoncelle et orchestre en hommage à Lucien Durosoir et Maurice Maréchal. C’est le fruit d’une commande conjointe de Radio-France, l’Orchestre de Pau-Pays de Béarn et de l’Orchestre national de Lorraine.
A la fin de l’année sera érigée une sculpture monumentale, signée d’Aitor de Mendizabal, en hommage à Lucien Durosoir, dans le village où il avait choisi de s’installer en 1926 pour y mener à bien son œuvre de compositeur.

On peut y découvrir aussi, dans les archives privées, le manuscrit intitulé ” Deux petites valses pour quatuor à cordes “, composé par Caplet au front, en 1917. Il a été créé le 27 octobre par le quatuor Tana au château d’Arcangues (64) dans le cadre du Festival Quatuor en Pays Basque.

En outre des concerts sont aussi affichés

  • Le jeudi 8 novembre à 19h 30, à Paris, dans la marie du IIIe arrondissement avec au programme : ” Miroirs d’après-guerre ” par le Quintette Syntonia (Stéphanie Moraly & Thibault Noally, violons, Caroline Donin, alto, Patrick Langot, violoncelle, Romain David, piano), jouera le Quintette de Franck et le Quintette de Durosoir. Ce dernier écrivait, le 17 juin 1916, alors qu’il était cantonné avec la Ve division non loin de Verdun : ” Le quintette de Franck est magnifique, nous l’avons lu hier, l’adagio est vraiment sublime, c’est un grand plaisir que de travailler une pareille œuvre “. Entrée libre
  • Le samedi 10 novembre à 17h30, la veille du centenaire de l’Armistice, à Sceaux dans la grande salle de l’Hôtel de Ville, : Alain Carré, comédien et metteur en scène, et le Trio Atanassov seront réunis dans le cadre de la ” Schubertiade ” de Sceaux. Ils interpréterons : ” Un fil, la vie, un simple fil “. Ce concert sera précédé d’une courte conférence par Luc Durosoir, fils de Lucien Durosoir.

Renseignement à www.megep.net, www.durosoir.com et à www.mendizabal.fr