Manuel Vioque-Judde est une des huit Révélations classiques Adami. L’association l’invitera à jouer aux Bouffes du nord à Paris en janvier et aux Chorégies d’Orange où il sera en concert avec ses camarades le mardi 16 juillet. Il aura à ses côtés le soprano Marie-Laure Garnier, le mezzo Eléonore Pancrazi, le ténor Fabien Hyon, le baryton Jean-Christophe Lanièce avec le pianiste Jonathan Fournel, Caroline Sypniewski, violoncelle et Nicolas Ramez, cor.

Même s’il a joué avec la pianiste Marie-Joseph Jude, Manuel Vioque-Judde montre qu’il a deux dés à son nom contre un seul de la pianiste. Ses parents l’ont guidé vers l’alto ainsi compléter le premier trio à cordes de la fratrie avec ses frères ainés l’un violoniste et l’autre violoncelliste. La phrase habituelle est de dire que l’altiste n’a pas réussi à être violoniste, ce que réfute Manuel Vioque-Judde le mercredi 12 juillet aux Chorégies d’Orange où il jouera en concert avec les autres Révélations Adami. Pour défendre son instrument, il a mis à son programme un duo singulier alto-violoncelle. Quand il a commencé à cinq ans, il se savait pas que Mozart avait commencé sur cet instrument et que Beethoven en a joué en virtuose : « Le choix a été fait par mes parents. Quand on s’applique à le travailler on se rend compte que c’est gigantesque car il a beaucoup d’expression.» Il rappelle qu’au début du XXe siècle il se jouait un épais répertoire pour l’alto soliste : « Je crois qu’il a un réel potentiel et qu’il n’est pas assez entendu. Aujourd’hui des créateurs s’intéressent à l’alto. D’ailleurs je vais créer à Gstaad en Suisse Soliloque composé par Yan Maresz.  Une commande du festival des Sommets musicaux de Gstaad. En écrivant pour cet instrument, les compositeurs ont un bel avenir, ils peuvent être pionnier. Alors que des concertos pour violon ou violoncelle, beaucoup de chefs- d’œuvre ont déjà été écrits et on joue les mêmes toute l’année.»

Manuel Vioque-Judde. Festival de Paques 2016. Aix en Provence, France. Photo Caroline Doutre

Ce que Manuel Vioque-Judde pourrait regretter, faute de temps, c’est de pouvoir s’insinuer dans un orchestre : « C’est autre chose, pour moi c’est un autre métier, arriver à jouer avec cent autres instruments, c’est aussi difficile. En France, je ne sais pas pourquoi, on aime mettre les gens dans les cases, avec une hiérarchie entre les solistes et les musiciens d’orchestre. En Allemagne, soliste ou orchestre on ne fait pas de différence de considération, chacun a son répertoire bien à lui.  Dans la musique quand on arrête d’apprendre et qu’on cesse de se mettre en difficulté on arrête de progresser.»
Entré au conservatoire supérieur de musique de Paris à 15 ans, il est entré dans la carrière à 17 ans. Dix ans après il jauge son parcours : « Je ne crois pas qu’il y ait un âge pour apprendre une partition. Je me souviens d’une sonate de Schumann que j’ai commencé à travailler à 10 ou 12 ans. Je l’ai laissée puis reprise. C’est aussi comme ça qu’on l’a en nous. On peut travailler ainsi pendant 20 ans.»
En juillet, il fera son entrée aux Chorégies d’Orange avec ses autres collègues de l’Adami. Pas si commun pour un instrumentiste : «Je prends cette invitation comme un chance et une reconnaissance. Je trouve que c’est encourageant. Comme une récompense. Et puis c’est intéressant aussi de se confronter à des chanteurs, Les instruments cherchent à imiter la voix, alors se trouver dans un des plus grands festivals lyriques c’est exceptionnel.»
Existe-t-il une communauté Adami ? «C’est vrai que nous connaissons tous puisqu’on est tous des élèves d’un conservatoire national et qu’il n’y a en deux. Etre Révélations Adami ça renforce des liens. C’est peut-être plus vrai pour les chanteurs qui peuvent se remplacer les uns et les autres. »

Bruno ALBERRO

 

Photo Caroline Doutre.

La vidéo de Manuel Vioque-Judde

Où entendre Manuel Vioque-Judde ?

  • Le 20 janvier, Brahms Intégrale des Quatuors avec Piano au salon Christophori, Berlin
  • Le 26 janvier ,Récital “Carnet de Voyage” aux Sommets Musicaux de Gstaad, Suisse
  • Le 28 janvier, Concert “Révélations Classiques Adami” aux Bouffes du Nord, Paris ; 
  • Le 8 février, Concert du midi, La Sorbonne, Paris ;
  • Le 14 février, JMAD Série, Brahms musique de Chambre, Salle Cortot, Paris ;
  • Le 4 mars, Récital “Carnet de voyage” Hôtel de Ville de Troyes, France ;
  • Les 14, 15, 16 mars au Centre de Musique de Chambre de Paris à la Salle Cortot, Paris.