La violoniste Plamena Nikitassova refuse les étiquettes et les cases bien rangées où chacun est bien catégorisé. La Bulgare, installée à Bâle en Suisse, passe allègrement du violon moderne au violon baroque avec la même émotion et le même plaisir. Comme pour ce concert à Rasteau en Vaucluse, elle délaisse de temps à autres les salles plus huppées pour se plonger dans l’intimité d’un public proche des musiciens. Elle s’en explique.

Rasteau est connu comme un excellent cru des côtes-du-rhône. Depuis plus de vingt ans aussi pour développer la musique baroque au sein de l’association Les moments musicaux de Cacharel avec comme directeur artistique le claveciniste Markus Hünniger, professeur à la Schola cantorum de Bâle. Ce n’est pas rare qu’il invite des artistes de grandes réputations à ces concerts bimestriels, qui se déroulent dans une petite salle de musique l’hiver et dans l’église du village perché dès la bonne saison.
Les 2 et 3 février, Markus Hünninger recevra la violoniste d’origine bulgare Plamena Nikitassova au palmarès étonnant avec un enregistrement  classé Diapason d’or par la revue spécialisée éponyme.
Elle explique que sa venue est une question d’amitié et de fidélité : « Je connais Markus depuis 20 ans. Ce qui est importent est celui qui m’invite et non pas la grandeur de la salle. Nous nous sommes connus à la Schola cantorum de Bâle. C’est un peu comme une famille. »

La violoniste Plamena Nikitassova

La violoniste Plamena Nikitassova sera à Rasteau à l’invitation des Moments musicaux de Cacharel.

Elle raconte qu’elle aime bien se produire dans les petits lieux, pour leur intimité et la proximité avec le public : « On sent mieux sa réaction et ses inflexions. »
Au cours de sa carrière, Plamena Nikitassova a fait l’école des comparaisons en profitant et en s’enrichissant de toutes les influences, puisqu’elle a débuté avec l’école russe, alors que la Bulgarie appartenait au bloc de l’Est, puis suisse, autrichienne ou française. On ne peut pas dire non plus que l’Europe de l’Est soit le terreau de la musique baroque, alors on peut s’interroger comment lui est venu cette attirance pour cette période considérée comme plus française, italienne, germanique ou anglaise : « A 17 ans, j’ai quitté la Bulgarie. Je suis très infidèle en ce qui concerne les différentes écoles de violon et j’aime le mélange. Je ne suis pas pour les étiquettes. J’ai commencé avec le violon moderne dans un orchestre de chambre puis j’ai découvert la musique ancienne. J’ai commencé avec le violon moderne au Conservatoire de Genève puis j’ai travaillé dans l’Orchestre de chambre de Genève et en 1999 j’ai découvert la musique ancienne. Dans beaucoup d’hautes écoles, la musique avant J.S. Bach n’est pas prise en compte. Mon intérêt pour la musique ancienne m’a poussée à étudier le Violon Renaissance et la musque du XVII ème siècle à la Schola Cantorum Basiliensis. »

Sa rencontre à Berlin avec l’organiste et compositeur roumain Michaël Radulescu aura été déterminante, pour que Plamena Nikitassova se sente attiré par la littérature de Jean-Sébastien Bach : « Après le concert, je voulais tout connaître de la musique de Bach. Je voulais savoir comment il a fait une telle réforme de la musique. »
La violoniste se dit favorable au respect des époques pour les interprétations : « Il m’est important de respecter les règles du compositeur, son écriture et ses esthétiques. C’est important de respecter évolution de la musique dans son cadre historique, même si chacun a sa propre interprétation. »

Bruno ALBERRO
Photos crédit H. Hristov
La vidéo de Plamena Nikitassova
Dernier CD
“Mozart und seine Zeitgenossen” avec Plamena Nikitassova, violon et Aline Zylberajch, clavier. Renseignement à www.claves.ch
Où entendre Plamena Nikitassova ?
  • Le 26 janvier à 12 heures un programme à Humboldsaal Freiburg
  • Le samedi 2 à 19 heures et dimanche 3 février à 11 heures, à la salle de musique de Rasteau (84) sera donnée L’Offrande Musicale de Jean Sébastien Bach BWV 1079 avec Maja Peter, traverso, Plamena Nikitassova, violon, Sophie Lamberbourg, violoncelle, Dirk Boerner et Markus Hunninger, clavecin ; Renseignement au 04 90 46 15 51 ou aux Moments musicaux de Cacharel  
  • Le 17 février à 17 heures Olten BACH Kirche St. Martin ; Le 9 mars à 20 heures  Solothurn Haydn/Ensemble Cantus Firmus ;
  • Le 10 mars à 17 heures  Zürich  Haydns/ Ensemble Cantus Firmus

Renseignement à Plamena Nikitassova