La mezzo Anna Reinhold a fondé l’ensemble Il Caravaggio pour lier l’amour du chant baroque et la peinture et ses clairs-obscurs. Elle vient régulièrement à Suzette en Vaucluse, village accroché entre les Dentelles de Montmirail et le mont Ventoux. 

Ce ne serait pas étonnant qu’Anna Reinhold soit invitée dans les saisons à venir à Musique baroque en Avignon, des rencontres dirigées par Raymond Duffaut, ancien directeur des Chorégies d’Orange et de l’Opéra d’Avignon. Le mezzo et le passionné de voix nouvelles se sont rencontrés à Lille alors qu’elle se produisait avec son ensemble Il Caravaggio (1571-1610), un clin d’œil au maître du clair obscur romain : «Nous avons discuté avec Raymond Duffaut et on ne sait pas encore si ce sera pour la saison prochaine ou la suivante. »

Le Vaucluse ne lui est pas étranger puisque ses beaux-parents, Louis Faye et Bénédicte Plumey, peintres tous les deux, sont installés depuis 1986 à Suzette, dans les Dentelles de Montmirail : « J’y vais régulièrement depuis que j’ai 19 ans. »

Anna Reinhold a fondé l'ensemble Carvaggio

Anna Reinhold a fondé l’ensemble Caravaggio.

Anna Reinhold relie aisément la peinture et la musique, ne parle-t-on pas de couleurs musicales ? Mais pour la mezzo, ça va au-delà du seul vocabulaire commun : « Quand je suis à Suzette, chanter dans les ateliers m’inspirent. Il se passe quelque chose. Les partitions que je travaille là prennent une autre dimension. Il se met en place un processus plus important. Si le processus a été richement nourri, étape par étape, par exemple par des ambiances, je pense que ça se ressent dans le public. Sans pouvoir définir comment ça s’est passé dans le corps pour arriver à ce résultat. »
Anna Reinhold s’amuse à dire que le baroque l’a choisie : « Comme j’aime étudier, j’ai abordé des styles très différents et je n’avais pas envie d’une spécialisation. J’avais quand même un intérêt pour le lied et je me suis embarquée chez Schumann. » Le virage s’est pris en 2008 dans la production d’un opéra de Lully : « J’étais en classe de baroque au Conservatoire national supérieur de Paris. J’ai aimé la tragédie, c’est proche de la parole et du théâtre chanté. Ce qui a été déterminant a été la rencontre avec William Christie. Il cherchait une mezzo pour les Arts florissants. Je me suis présentée un peu au culot en me disant que je pourrais postuler pour soprano aussi. » William Christie lui confiera le rôle de Cybèle dans Atys.

Anna Reinhold évoque aussi sa rencontre avec Stéphanie d’Oustrac : « Je la remplaçais car il y avait une double distribution. On continue à se voir. Tout le monde n’est pas généreux et elle sait transmettre. »

Au-delà du livret et des valeurs véhiculés par les opéras baroques, Anna Reinhold apprécie aussi la liberté offerte par la partition, puisque tout n’est pas écrit : « On peut colorer le texte de façon différente. » Une liberté qu’accordait aussi Jean-Claude Magloire qu’elle a coudoyé : « Ce n’était pas un mentor, mais il faisait partie des gens qui mettent en confiance et de ce fait,  on a envie de donner plus, sans limite. Jean-Claude Magloire était un être inspirant qui faisait travailler dans la joie. Il est parti beaucoup trop tôt, car il avait encore beaucoup à dire. »

Bruno ALBERRO

 

La vidéo d’Anna Reinhold 

Où entendre Anna Reinhold ?

  • Le 11 mai 2019 festival de musique de chambre les Musicales de Colmar avec Les Nuits d’été de Berlioz ;
  • Le 12 mai 2019 dans le même festival, Cantate de Bach 170 Vergnügte Ruh avec le Kelemen quartet et Aline Zylbereich au clavecin ;
  • Le 18 mai, concert enregistré par France musique au théâtre de l’Alliance française avec le Stagioni direction Paolo Zanzu; au programme notamment le Combat de Tancrède et Clorinde de Monteverdi
  • Le 21 mai, concert à la Cour de Cassation avec le Stagioni direction Paolo Zanzu, avec un programme français, et autour des personnages de Didon et Médée.
  • Le 25 mai, concert avec l’ensemble Caravaggio avec au programme la création intitulée Madonna della grazia au festival Embarquement immédiat à Valenciennes. Un programme mêlant musique baroque et chants traditionnels à la Vierge Marie partagé avec Guilhem Worms.
  • Le 1er juin, concert avec l’ensemble Caravaggio à Genève au festival Agapé; au programme les Leçons de Ténèbres et le Miserere de Delalande. Avec comme invitée la soprano Amel Brahim-Djelloul.
  • Le 29 juin concert consacré à Arcadelt avec Cappella Mediterranea direction Leonardo Garcia Alarcon à Saint-Dié des Vosges ;
  • Le 22 juillet Récital “Mi corazón español” avec Quito Gato, au festival de Prague, filmé et enregistré pour la télévision tchèque; Au programme des pièces qui transportent de l’Espagne du 17e siècle au tango argentin de nos jours.

Renseignement à Anna Reinhold