La musique se regarde. La vue et l’oreille se mêlent en suivant les évolutions du trio Karénine, invité dimanche à Bonnieux, au festival de Printemps des Musicales du Luberon, association présidée par Patrick Canac. Si besoin en est, le trio Karenine confirme que l’ensemble de musique de chambre se doit d’être une association de solistes partenaires et complices.

Il suffit d’observer le violoncelliste Louis Rodde au jeu vif et volontaire, oreille tendue vers les cordes caressées ou frappées du piano de Paloma Kouider et regard fixé sur les quatre cordes du violon de Fanny Robilliard, métronome oblige.

Observation aussi du lien invisible et permanent des regards en dessous du clavier bien tempéré de Paloma Kouider, au jeu singulier de la force maîtrisée, de l’énergie canalisée jusqu’à l’explosion contenue, tandis que le violon fluide et discret de Fanny Robilliard tempère la fougue et les ardeurs, se fond dans la partition. Les doigts graciles donnent la mesure du temps et de l’espace des univers dépeints par le trio confident.

Les palettes de couleurs se détachent et se confondent dans “Vallée d’Oberman”, cette rare transcription de Liszt pour trio, écrite comme il se doit pour piano.

S’aperçoivent alors de nouvelles palettes plus romantiques avec le Trio pour piano et cordes, oeuvre de jeunesse, de Brahms impétueux où le second mouvement en scherzo met en exergue ce dialogue à trois instruments, poli et généreux, en sympathie et en séduction.

On chemine dans cette vallée ombrée de lumière tombante dans l’édifice religieux, pour arriver au Trio numéro 2 de Schubert, avec son deuxième mouvement en Andante con moto, repris par Stanley Kubrick dans son film Barry Lindon où attirés par le violoncelle, les trois instrumentistes jouent le parfait équilibre. L’un au service de l’autre, chacun progresse en osmose.

Délicat moment.

Bruno ALBERRO

 

Prochain concert aux Musicales du Luberon

  • Le vendredi 21 juin à 19 heures à l’hôtel des Bories de Gordes, Les chemins de l’amour” avec Alessia Schumacher, soprano ; Alissa Firsova, piano et Anatole Liebermann, violoncelle. Au programme : Massenet ; Ravel ; Debussy ; Liszt ; Mozart ; Strauss ; Mahler ; Rimsky-Korsakov ; Rachmaninov ; Puccini et Verdi.
  • Du 18 juillet au 4 août, le festival d’été des Musicales du Luberon qui rendent hommage à la femme artiste.

Renseignement aux Musicales du Luberon 

Où entendre le trio Karenine ?

  • Le 6 juillet aux Musicales de Gien ;
  • Le 14 juillet dans les Concerts de Vollore ;
  • Les 29 et 30 juillet à Salon-de-Provence, au festival de musique de chambre ;
  • Le 3 août à Biarritz dans Piano classique ;
  • Le 4 août à Musique en Sol à Paunat ;
  • Le 10 août dans Classique au vert au Parc floral de Paris ;
  • Le 16 août aux Harmonies estivales à Villeneuve l’Archevêque ;
  • Le 3 octobre à La belle saison au théâtre de Coulommiers ;
  • Le 5 octobre dans le cadre de la Nuit  blanche : nuit du trio à la Philharmonie de Paris.
  • La suite à trio Karenine

Renseignement à Paloma Kouider