Le lundi 29 juillet, le “Kiwanis Club baies de Sanary, Bandol et Ollioules “organise, comme chaque année une soirée dénommée « Opéra dans les chais » au Domaine Bunan à La Cadière d’Azur. Pour ce concert caritatif, les organisateurs ont invité la soprano Chrystelle Di Marco, le ténor Irakli Kakhidze qui seront accompagnés par la pianiste Fabienne Mattei Di Landro. Elle sera aussi au festival Sand&Chopin en Seyne le 20 août.

Fabienne Mattei di Landro est pianiste. Il faut prêter l’oreille ou suivre son agenda pour l’entendre en concert car, si ce n’est pas rare, ce n’est pas commun. Elle sera au clavier le lundi 29 juillet à la Cadière d’Azur pour un concert caritatif organisé par le Kiwanis club.

La Méridionale intervient le plus souvent comme chef de chant, souvent à l’Opéra de Marseille. Un travail de l’ombre, nécessaire mais loin des lumières des spectacles et de ses applaudissements. Et bien de l’ombre puisque le chef de chœur, d’une production d’opéra, salue le public après le spectacle alors que le chef de chant reste dans la salle, le public ne sachant qu’au milieu de lui, regarde attentive, celui ou celle qui a préparé et accompagné les artistes avec la chef d’orchestre ou son assistant au cours des répétitions piano, avant l’arrivée de l’Orchestre.

La pianiste explique qu’elle s’accommode de ce fonctionnement : « Maintenant, le nom du chef de chant est cité dans les programmes. Et puis, quand le pianiste accompagne un chanteur lyrique, il salue aussi, je n’ai pas de sentiment de frustration.»
Fabienne Mattei di Landro dit à l’envi que les étiquettes qui soliste, qui professeur, qui accompagnateur, qui chef de chant sont dépassées : « Je préfère qu’on me dise qu’on ne peut pas me qualifier. Toutes ces catégories, ça ne me plaît pas du tout et je trouve ça dommage.» D’autant que l’interprétation de la musique répond à tous ces qualificatifs. Elle glisse que dans d’autres pays d’Europe l’enseignement prend d’autres formes : « Les études commencent par un tronc commun avant de se spécialiser. »
Ce que Fabienne Mattei di Landro regrette c’est plutôt la formation, du moins celle qu’elle a connue : « Je ne sais pas exactement comment ça se passe aujourd’hui mais qu’on demandait d’étudier certains morceaux sous prétexte qu’ils étaient accessibles techniquement. Souvent ce n’était qu’un seul mouvement d’une sonate : une aberration ! Alors qu’il faut une certaine maturité  pour les jouer. Comme Beethoven par exemple.»
Quelques années plus tard, elle se réjouit encore d’avoir découvert le lyrique : « On découvre des compositeurs qu’on ne connaît pas et d’autres qu’on croyait connaître comme Chopin et ses mélodies. »
Fabienne Mattei di Landro trouve son bonheur de musicienne et d’interprète dans la fosse à côté du maestro : « C’est vrai que la partition d’une réduction pour piano est plus simple que celles d’un orchestre ; On passe de quatre-vingt musiciens à deux mains. Toutefois, le chef de chant crée aussi les ambiances pour aider les chanteurs, il participe à la création du spectacle. Il doit sentir aussi ce dont le chanteur a besoin. Le chant de chant travaille néanmoins les détails, le toucher, les couleurs pour apporter une ressemblance au rendu d’un orchestre, elle se fait par le travail pianistique.»
Elle dit qu’aujourd’hui elle n’aurait pas le temps de travailler pour redevenir concertiste : « Le travail de chef de chant est différent. Devenir soliste nécessite de s’y consacrer pleinement. »
Elle n’a pas oublié cette demande de retravailler comme soliste : « C’était une belle occasion quand on m’a proposer de jouer Concerto pour piano à la main gauche de Korngold qui dure 35 minutes. Pour le préparer, j’ai dû être abominable avec mes proches et ma famille. »

Bruno ALBERRO

 

Photo Sylvaine Vannier

La vidéo de Fabienne Mattei Di Landro et Chrystelle Di Marco 

Où entendre Fabienne Mattei Di Marco ?

  • Le 22 juin en concert à la mairie Bagatelle au profit de la Croix Rouge ;
  • Le 29 juillet dans “Opéra dans les chais” au Domaine de Bunan à La Cadière d’Azur avec Chrystelle Di Marco, soprano et Irakli Kakhidze, ténor.
  • Le 20 août au festival Sand&Chopin en Seyne à la Seyne-sur-Mer (83). 

Le concert du 29 juillet à 19 heures en bref :

Le Kiwanis Club baies de Sanary, Bandol et Ollioules organise chaque année une soirée dénommée « Opéra dans les chais » qui se tient au Domaine Bunan le lundi 29 juillet à 19 heures. C’est un concert caritatif, suivi d’un dîner aux chandelles, dont l’objet est de collecter des fonds. Cette année, l’argent collecté servira aux enfants atteints de mucoviscidose et handicapés.

Au programme :

  • Una voce poco fa de Barbieri di Sevilla de Rossini par Chrystelle Di Marco ;
  • La donna è mobile de Rigoletto de Verdi par Irakli Kakhidze ;
  • Tacea la notte placida de Il Trovatore de Verdi par Chrystelle Di Marco ;
  • Qual cor tradisti de Norma de Bellini par Chrystelle Di Marco & Irakli Kakhidze ;
  • Celesta Aida de Aida de Verdi par Irakli Kakhidze ;
  • La fatal pietrà de Aida de Verdi par Chrystelle Di Marco & Irakli Kakhidze ;
  • La Danza de Rossini par Chrystelle Di Marco ;
  • O soave fanciulla de La Bohème de Puccini par Chrystelle Di Marco & Irakli Kakhidze ;
  • Méditation de Thaïs de Thaïs de Massenet par Fabienne Mattei ;
  • Duo Santuzza et Turiddu de Cavalleria rusticana de Mascagni par Chrystelle Di Marco & Irakli Kakhidze ;
  • Mamma, qual vino è generoso de Cavalleria Rusticana de Mascagni par Irakli Kakhidze ;
  • Habanera de Carmen de Bizet par Chrystelle Di Marco ;
  • Nessun dorma de Turandot de Puccini par Irakli Kakhidze ;
  • Teco io sto de Un ballo in maschera de Verdi par Chrystelle Di Marco & Irakli Kakhidze.

Renseignement à 06 16 29 39 71 ou à Chrystelle Di Marco