Il y a trente ans, il montait ganté sur un ring pour le noble art, aujourd’hui Mourad Merzouki se bat pour développer ses projets et continuer à maintenir allumés les feux de la rampe du Centre chorégraphique national de Créteil dont il assure la direction. Un combat de tous les instants, où il faut convaincre. Lui qui vient des cités est devenu porte étendard du hip-hop, cette danse démonstrative toujours en quête de nouvelles performances. Le 27 juillet, à Vaison danses, avec ses danseurs il investira le théâtre antique pour présenter “Boxe, Boxe, Brazil”.
Depuis quelques années déjà, le Hip-Hop a quitté la rue pour entrer dans les salles de théâtre. En quittant le goudron ou les pavés des trottoirs pour le parquet ciré, Mourad Merzouki estime que cette forme de street art n’a pas perdu son âme pour autant : « Trente ans plus tard, le Hip-Hop a su faire des aller et retour de la rue à la scène. Ces aller et retour ont permis aussi de développer un vocabulaire qui le nourrit. Aujourd’hui, le Hip-Hop mais aussi la danse dialogue avec d’autres disciplines. Toutes ces disciplines artistiques évoluent ensemble. On voit que le Hip-Hop se développe comme le cirque, il est toujours dans l’inventivité. En entrant dans les théâtres, le Hip-Hop a pu profiter de moyens afin de développer des projets et de continuer à progresser et à rester inventif. Le lexique du Hip-Hop a aussi évolué. S’il était resté dans la rue, le risque était que ce courant s’essouffle.»

Mourad Merzouki estime que le public a fait aussi sa mutation : « Le public a compris le Hip-Hop. Nous avons dépassé le stade de la curiosité. C’est un art qui permet aussi d’aider et d’accompagner. On voit bien le bienfait de cette danse par rapport au population.»
Son spectacle “Boxe, Boxe, Brazil”, créé en 2017, est inspiré d’un voyage en Amérique du sud que Mourad Merzouki a effectué dix ans auparavant : « J’ai pratiqué la boxe et j’ai voulu mettre en scène cette discipline. J’ai souhaité que la musique classique et la technique de la boxe dialoguent. Avec le quatuor Debussy sur scène, le spectacle s’adresse aussi aux amateurs de musique classique et à ceux qui aiment la danse. »

Bruno ALBERRO

 

Boxe Boxe Brasil © Michel Cavalca

Boxe Boxe Brasil Photo © Michel Cavalca

Où voir le Centre chorégraphique national de Créteil ? 

  • Le samedi 27 juillet, “Boxe, boxe, Brazil” à Vaison Danses, à Vaison-la-Romaine ;
  • Le mardi 30 juillet “Boxe, boxe, Brazil”, aux Nuits de la Citadelle, à Sisteron ;
  • Le jeudi 29 août, Vertikal au Festival Oriente Occidente au Teatro Zandonai, Rovereto en Italie ;
  • Du mardi 17 septembre au jeudi 19 septembre Vertikal, au Düsseldorf festival à Düsseldorf en Allemagne ; 
  • Le vendredi 27 septembre,Vertikal, au Colisée à Roubaix ; 
  • Du mercredi 9 octobre au vendredi 11 octobre à MC2 : Maison de la culture de Grenoble ; Du samedi 19 octobre au dimanche 20 octobre au Festspielhaus, St. Pölten en Autriche.

Renseignement au Centre chorégraphique national de Créteil et à Vaison danses