Ces jeudis 18 et samedi 20 juillet, Frédéric Rouillon dirigera le Trouvère de Verdi au château de Linières dans une mise en scène de Julien Ostini, maître des lieux. Face au directeur musical 70 musiciens étudiants et professionnels et sur le plateau des artistes lyriques qu’envient de grandes scènes opératiques. Tous sont venus gratuitement pour soutenir ce projet hors du commun.

Ce jeudi 18 et samedi 20 juillet quand la nuit aura enveloppé le château de Linières, à Ballée en Mayenne, Frédéric Rouillon pointera sa baguette de chef d’orchestre vers les étoiles. Face à lui, un orchestre de professionnels et d’étudiants. A hauteur d’yeux, le plateau où se déroulera le drame du Trouvère. L’opéra de Verdi sera interprété par la soprano Chrystelle Di Marco qui incarnera Leonora ; Marie Gautrot, alto, sera  Azucena ; le ténor Marc Laho, campera Manrico et Kristian Paul, baryton, sera Il Conte di Luna.

Le chef Frédéric Rouillon

Le chef Frédéric Rouillon dirigera Le Trouvère de Verdi au château de Linières, ces 18 et 20 juillet..

On peut se poser la question si chanter ou jouer gratuitement n’est pas palier à l’insuffisance des fonds institutionnels pour la Culture et l’amener dans des endroits reculés. Frédéric Rouillon prend quelques secondes avant de répondre et tempère ses propos : « On ne pourrait pas jouer que gratuitement et on est obligé de se protéger pour continuer à faire ce qui fait notre métier. La question se pose aussi pour développer des projets. Dans le cas de Linières, c’est aussi du rôle de l’artiste de jouer devant un public divers où se mêlent des étudiants ou des paysans. Ce n’est pas rare d’avoir une activité salariée et ensuite de faire du bénévolat pour une association ou une ONG. L’artiste est comme tous ces bénévoles, il peut faire un don de soi. Et puis, chanter le Trouvère comme ici ; c’est bien dans une carrière.»

Le chef Frédéric Rouillon

Le chef Frédéric Rouillon participera à un projet autour de Victor Hugo à Avignon

Il ne voit de problème à mélanger une distribution entre artistes professionnels ou amateurs : « Pour ma part ça ne change rien. Je dirige également un chœur d’amateurs à Dieppe et j’ai la même exigence. On est là pour faire de la musique avec le même engagement. Je trouve même que nous sommes plus libres, puisque nous avons tous accepté de venir pour un projet commun. C’est un cercle vertueux et les musiciens professionnels sont ravis et les amateurs sont transcendés. Je ne sais pas quel est le pourcentage de musiciens qui deviennent professionnels après la formation au conservatoire de musique ? »  

Frédéric Rouillon explique que l’essentiel de son travail est réalisé au cours des répétitions : « Après le public voit un chef agiter sa baguette. Pendant les répétitions on met des repères, comme des phares dans la partition. Ensuite ce qui peut changer, c’est la forme vocale du plateau qui renvoie à l’orchestre si les chanteurs se sentent bien ou pas. »

Le chef d’orchestre s’est intéressé au concert de Jeff Mills aux Chorégies d’Orange : un maître de la musique electro au milieu de la musique classique : « C’est toujours intéressant à voir. C’est vrai que nous avons traversé une période de chamboulement qui a écarté un public de la musique classique contemporaine.  Ce qui s’est passé à Orange permet de diversifier les genres, c’est particulièrement bien de proposer de la musique contemporaine dans les programme. Je trouve que de plus en plus on y revient dans les programmations, depuis quelques années. »

Début décembre, Frédéric Rouillon vivra cette expérience de la création, il sera à la salle Benoît XII à Avignon pour diriger “Victor Hugo le visionnaire” composé par Dominique Lièvre et conçu par Serge Barbuscia du théâtre du Balcon. Ce spectacle est construit d’après les discours de l’Homme de lettres déclamés à l’Assemblée nationale.

Bruno ALBERRO

 

Il Trovatore de Verdi en bref 

  • Les 18 et 20 juillet, Il Trovatore de Verdi au château de Linières à Ballée (Val-du-Maine) mis en scène par Julien Ostini et dirigé par Frédéric Rouillon, avec la soprano Chrystelle Di Marco, Leonora ; Marie Gautrot, alto, Azucena ; le ténor Marc Laho, Manrico et Kristian Paul, baryton, Il Conte di Luna.

Renseignement au Château de Linières

 

Victor Hugo le visionnaire en bref

  • Les 5, 6, 7 et 8 décembre à la salle Benoît XII à Avignon, “Victor Hugo le visionnaire en partenariat avec le Théâtre du Balcon, composé par Dominique Lièvre, dirigé par Frédéric Rouillon, conçu par Serge Barbuscia et interprété par la mezzo-soprano Magali Palies et l’Orchestre régional Avignon-Provence.

Un spectacle construit autour des discours de Victor Hugo à l’Assemblée Nationale.

Les inscriptions auprès de Camille Girard
Renseignement à l’Orchestre régional Avignon-Provence