Ce jeudi 18 juillet au théâtre des Carrières des Taillades, Patrick Canac avait invité Laurence Equilbey à diriger Le Requiem de Mozart, son rêve est atteint a déclamé au cours du discours inaugural de cette 31e édition, le président de l’association des Musicales du Luberon. Une édition consacrée à la femme dans la musique avec l’emblématique cheffe d’orchestre comme marraine.

Pour diriger Le Requiem de Mozart en levée de rideau de la 31e édition des Musicales du Luberon, Laurence Equilbey  était à la tête du Chœur Accentue et de l’Insula Orchestra qu’elle façonne depuis plusieurs années. Autant dire que la fusion entre l’ensemble vocal et l’orchestrale coulait de source. Comme cette interprétation de ce Requiem qui nécessitait une présence de tous les instants dans un site naturel un peu sec pour la musique sacrée. Soutenir les voix et les instruments, Laurence Equilbey sait faire avec une gestique généreuse et bienveillante dont les bras embrasse autant qu’il dirige. Aucun heurt demandé à ses ensemble tel en témoigne le dies irae souvent interprétée avec des steccato qui marque la colère par la voix mal contenu. Laurence Equilbey en mesure la dimension liturgique du moyen-âge donnant à ce jour de colère une dimension sacrée et révérencieuse.

Pour ce Requiem, oeuvre inachevée de Mozart, il faut un quatuor à la dimension de cette littérature. Pour ce concert, Patrick Canac avait retenu la soprano de 22 ans Hélène Carpentier qui n’a pas usurpé sa distinction comme Révélation de l’Adami après son concours Voix nouvelle obtenu en 2018 également. Dans ce genre d’ouvrage les voix alto ne sont pas forcément les mieux servies par le composieteur, néanmoins Giuseppina Bridelli a su faire entendre brillance et phrasé. Quand le Requiem laisse la part belle au choeur, Jonathan Abernethy, ténor et Christian Immler, basse demandent à être entendus dans un répertoire plus amène.

Bruno ALBERRO

 

Au programme des Musicales du Luberon

  • Le lundi 22 juillet, à partir de 18 heures Journées des compositrices avec le mezzo  Fiona McGown et Célia Oneto Bensaid, au piano, pour rendre hommage  à Alma Malher, Mel Bonis, Nadia et Lili Boulanger ou Clara Schumann.
  • Le Lundi 22 juillet à 21h30 à l’Église Saint-Luc, Ménerbes concert « Hommage à Maria Malibran et Pauline Viardot » avec Patrick Barbier, récitant ; Delphine Haidan, mezzo-soprano et Jean-Marc Pont-Marchesi au piano.
  • Le mardi 23 juillet,  à l’Église Saint-Luc de Ménerbes, cette fois le festival honorera Hélène de Montgeroult  avec un récital commenté sur le thème « Montgeroult, à l’avant-garde du romantisme » avec Edna Stern, piano et commentaires.
  • Le jeudi 25 juillet est réservé au Requiem selon Zygel  qui sera donné à l’église basse de Bonnieux à 21h30, avec le chœur Spirito dirigéNicole Corti, direction et au piano Jean-François Zygel
  • Le dimanche 28 juillet à l’ Église Saint-Luc de Ménerbes à 21 h 30 : “Bienvenue à Maria et Nathalia Milstein”  pour un concert « Madame et Monsieur Schumann » avec Maria Milstein, violon et Nathalia Milstein, piano et l’altiste Joël Waterman.
  • Le mardi 30 juillet  à l’Église Saint-Luc de Ménerbes : concert« Les blues romantiques » avec Maria Milstein, violon et Nathalia Milstein, piano, avec l’altiste Joël Waterman et le Bush Trio pour un programme Ravel, Dvořák, Brahms.
  • Le mercredi 31 juillet à 18 heures à l’église de Saignon, concert « Chants de la Méditerranée à Marie » par l’Ensemble Irini avec Lila Hajosi, mezzo-soprano, direction et arrangements Marie Pons, mezzo-contralto et Julie Azoulay, alto.
  • Le mercredi 31 juillet  projection de Cécilia Bartoli & Friends (en coopération avec le Festival du film italien et La Strada) Film documentaire sur Cécilia Bartoli (réalisé par Fabio De Luca, Arte) à la Strada, place de la Mairie à Ménerbes à 21 h 30. Entrée libre.
  • Le dimanche 4 août, en clôture de son festival, à la carrière des Taillades, l’association Musicales en Luberon recevra la cheffe Debora Walman qui dirigera l’Orchestre régional Avignon-Provence et l’Orchestre de l’Opéra de Toulon pour un programme alléchant avec la Ve symphonie de Beethoven et le double concerto de Brahms avec Sonia Wieder-Athertonau violoncelle et Amira Ganzau violon.

Renseignement à Musicales du Luberon