Edna Stern sera en concert cet été aux Musicales du Luberon où elle rendra hommage à Hélène de Montgeroult (1764-1836) le mardi 23 juillet à Ménerbes. La pianiste s’inscrit dans une transmission en ligne directe qui remonte à Beethoven. 

Le mardi 23 juillet à dix heures à l’église Saint-Luc à Menerbes (84), les fidèles des Musicales du Luberon reconnaîtront en Edna Stern la pianiste qui accompagnait l’an passé le spectacle de danse “Dos Transfiguré”. Cette production s’envolera d’ailleurs pour une tournée au Japon, après ce passage à la carrière du château du Marquis de Sade à Lacoste.

La pianiste Edna Stern aux Musicales du Luberon

La pianiste Edna Stern sera aux Musicales du Luberon qui en 2019 célèbrent la femme dans la musique. Photo crédit Barbara Gandenheimer.

La pianiste revient cette année dans le même festival dirigé par Patrick Canac. Elle sera en récital et mettra à l’honneur Hélène de Montgeroult (1764-1836), compositrice, dont l’histoire est un roman. Le fait d’être noble et d’avoir sauvé sa tête pendant la terreur est déjà une chance surtout après avoir fui la France, vécu la prison en Autriche et soupçonné par les révolutionnaires d’être un espion à la solde de l’Autriche. Edna Stern s’est penchée sur cette vie et conte les raisons de cette grâce : « Elle était très connue parmi les musiciens de son temps et elle a été la première femme, professeur au conservatoire de Paris qui date de 1795 (NDLR : Hélène de Montgeroult a été la seule femme nommée dans la première liste d’enseignant du Conservatoire de musique de Paris). Les musiciens de Paris l’ont soutenue devant le Comité de salut public qui lui a demandé de jouer une composition autour de la Marseillaise, ce qui lui a sauvé sa tête. »

Certes l’histoire  passionne la pianiste, mais c’est surtout la littérature de cette femme compositrice et musicienne qui l’a retenue : « Il est important de jouer des œuvres de personnes qui ont compté dans leur époque, comme j’aime jouer des morceaux peu connus. C’est bien de programmer des œuvres rarement données. On ne peut pas donner toujours les mêmes pièces. En choisissant Hélène de Montgeroult, ce n’est pas seulement le fait que ce soit une femme et encore moins de privilégier une femme parce que c’est une femme. C’est vrai que c’est important aussi de redonner à la compositrice sa place dans l’histoire de la musique. Hélène de Montgeroult a été très influente depuis deux siècles. Par exemple pour ses études qu’elle a éditées. C’est un livre de 700 pages. On peut parler de son influence chez Chopin et ensuite ça va jusqu’à Debussy. Ce qui est dommage, c’est qu’on n’a pas trouvé de manuscrits. »

Le sens de la lignée est ancré dans le travail d’Edna Stern et son approche pianistique dont le point de départ est Beethoven, lui-même. En remontant le temps, Edna Stern a eu comme professeur l’AméricainLeon Fleisher, qui a suivi les conseils de l’AutrichienArtur Schnabel, qui a été élève Leschetizky, lui–même élève de Czerny et lui de Beethoven : « C’est important de respecter cette tradition pour l’interprétation quand on a cette ligne directe depuis plusieurs années et de jouer sur des instruments anciens. »

Elle précise toutefois que la musique est en perpétuelle adaptation, en lien avec son époque : « Le monde a changé et il évolue, il est normal aussi que la façon de jouer évolue. Au temps de Fleisher, la vie était différente. Une interprétation est une synthèse ce que nous vivons. »

Bruno ALBERRO

 

La vidéo d’Edna Stern

Le coin CD 

Edna Stern a enregistré Montgeroult, sorti en 2017, sur un piano-forte de 1860.

Au programme des Musicales du Luberon

  • Le jeudi 18 juillet à 21h30 Le Requiem de Mozart, dirigé par Laurence Equilbey, interprété par Hélène Carpentier, soprano ; Giuseppina Bridelli, alto ; Jonathan Abernethy, ténor et Christian Immler, basse. Dans la fosse et sur le plateau des carrières des Taillades on entendra  l’Insula Orchestra et le Chœur Accentue.
  • Le lundi 22 juillet, à partir de 18 heures Journées des compositrices avec le mezzo  Fiona McGown et Célia Oneto Bensaid, au piano, pour rendre hommage  à Alma Malher, Mel Bonis, Nadia et Lili Boulanger ou Clara Schumann.
  • Le Lundi 22 juillet à 21h30 à l’Église Saint-Luc, Ménerbes concert « Hommage à Maria Malibran et Pauline Viardot » avec Patrick Barbier, récitant ; Delphine Haidan, mezzo-soprano et Jean-Marc Pont-Marchesi au piano.
  • Le mardi 23 juillet,  à l’Église Saint-Luc de Ménerbes, cette fois le festival honorera Hélène de Montgeroult  avec un récital commenté sur le thème « Montgeroult, à l’avant-garde du romantisme » avec Edna Stern, piano et commentaires.
  • Le jeudi 25 juillet est réservé au Requiem selon Zygel  qui sera donné à l’église basse de Bonnieux à 21h30, avec le chœur Spirito dirigéNicole Corti, direction et au piano Jean-François Zygel
  • Le dimanche 28 juillet à l’ Église Saint-Luc de Ménerbes à 21 h 30 : “Bienvenue à Maria et Nathalia Milstein”  pour un concert « Madame et Monsieur Schumann » avec Maria Milstein, violon et Nathalia Milstein, piano et l’altiste Joël Waterman.
  • Le mardi 30 juillet  à l’Église Saint-Luc de Ménerbes : concert« Les blues romantiques » avec Maria Milstein, violon et Nathalia Milstein, piano, avec l’altiste Joël Waterman et le Bush Trio pour un programme Ravel, Dvořák, Brahms.
  • Le mercredi 31 juillet à 18 heures à l’église de Saignon, concert « Chants de la Méditerranée à Marie » par l’Ensemble Irini avec Lila Hajosi, mezzo-soprano, direction et arrangements Marie Pons, mezzo-contralto et Julie Azoulay, alto.
  • Le mercredi 31 juillet  projection de Cécilia Bartoli & Friends (en coopération avec le Festival du film italien et La Strada) Film documentaire sur Cécilia Bartoli (réalisé par Fabio De Luca, Arte) à la Strada, place de la Mairie à Ménerbes à 21 h 30. Entrée libre.
  • Le dimanche 4 août, en clôture de son festival, à la carrière des Taillades, l’association Musicales en Luberon recevra la cheffe Debora Walman qui dirigera l’Orchestre régional Avignon-Provence et l’Orchestre de l’Opéra de Toulon pour un programme alléchant avec la Ve symphonie de Beethoven et le double concerto de Brahms avec Sonia Wieder-Athertonau violoncelle et Amira Ganzau violon.

Renseignement à Musicales du Luberon