Avant une série de concerts en Chine en octobre et pour clore sa saison estivale, la pianiste Emmanuelle Stéphan retrouve Mulhouse, sa ville natale, pour un seul concert dans le cadre des Heures musicales de Saint-Etienne, ce dimanche 8 septembre.

Coïncidence pour les uns, hasard pour les sceptiques, des signes évidents pour Emmanuelle Stéphan. La pianiste sera en concert ce dimanche 8 septembre à 17 heures au temple Saint-Etienne à Mulhouse. Un retour pianistique au pays natal dans le cadre des Heures musicales de Saint-Etienne.

Elle ne peut ignorer, ou passer sous silence, que les reports de date successifs avec les organisateurs, pour moult raisons, l’ont amenée à devoir poser ses doigts sur le clavier le jour anniversaire de la mort de son père.

Autre signe, dans le programme, concocté depuis des lustres, apparaît la pièce qu’elle avait répétée sous le regard bienveillant de son papa, avant de mourir : « Ce sont les Etudes pour arpèges de Debussy. Je les travaillais à maison, c’est la dernière chose qu’il m’a entendue jouer. »

Cette double coïncidence lui a donné une idée de consacrer dans l’avenir un programme aux compositeurs et pièces qu’aimait son père.

Emmanuelle Stéphan

Emmanuelle Stéphan donnera un concert Schubert, Chopin et Debussy.

Quand on écoute Emmanuelle Stéphan, ce concert anniversaire ne se veut pas triste pour autant, ni nostalgique : « On fait de la musique et il ne faut pas se laisser déborder par l’émotion, que ce soit dans ce genre de circonstances ou même autrement. Tout doit être contenu. Quand la date a été arrêtée pour ce 8 septembre, ma mère m’a dit que c’était une évidence que je jouerai pour papa. »

Ce père qui l’a poussée à faire ses premières gammes et à poursuivre dans la carrière auréolée de prix prestigieux, se souvient la jeune femme : « J’avais six ou sept ans et il me disait que je devrais essayer. Mais je ne voulais pas, ça ne me disait rien du tout. »

De guerre lasse, l’enfant Emmanuelle Stephan a fini par dire oui : « Il m’a amenée chez une professeur russe. Quelqu’un de très bien. C’est comme ça que j’ai commencé. Papa aimait la musique même si à la maison il n’avait qu’un seul disque de classique : du Bach. Il a toujours regretté de ne pas en avoir fait. Je retiens de lui qu’il m’a toujours encouragée à être déterminée. Il était mon référent qui me donnait le courage et l’énergie, d’aller de l’avant. Je pense qu’il était têtu. »

Bruno ALBERRO

 

Photo CafeCreme Paris.

Où entendre Emmanuelle Stéphan ?

  • Le dimanche 8 septembre à 17 heures au temple Saint-Etienne à Mulhouse la pianiste Emmanuelle Stéphan dans un programme Schubert, Chopin et Debussy ;
  • Du 3 au 6 octobre en concert à Baoding en Chine ;
  • Le 17 octobre en récital solo à Dijon ; 



  • Le 13 novembre en récital solo au Luxembourg ; 
  • Le 7 décembre, en récital “Sur le Piano de Poulenc” à Paris.

Renseignement à Emmanuelle Stéphan