Entre la direction de chœur, les cours de chant, les concerts, ou les accompagnements à l’orgue, voire l’organisation d’un festival, Anne-Marie Calloni ne veut pas se restreindre à une seule étiquette même s’il est très français de ranger les gens dans les cases et de considérer le plus souvent que mélanger des formes dispersent quand d’aucuns pensent que c’est vouloir s’enrichir en multipliant les expériences.

Il est vrai qu’en Corse ce n’est pas si facile de s’exprimer par la musique classique. La Bastiaise, Anne-Marie Calloni le dit : il lui faut aller sur le Continent pour se retrouver à l’affiche d’opéras et donner des concerts. Nice lui tend les bras pour deux  productions cette saison. On pourra l’entendre dans “La Dame de pique” en février dans une mise en scène d’Olivier Py, fruit d’un partenariat entre les maisons de Nice, de Toulon et de Marseille. Sur l’Île de Beauté, elle dirige une chorale et donne des cours, et donne quelques concerts aussi qu’elle organise.

Si aujourd’hui, Anne-Marie Calloni mise sur le chant, elle rappelle qu’elle a commencé à l’orgue ce qui l’a obligé à rejoindre le conservatoire de Saint-Maur-des Fossés où elle a obtenu un Premier prix : « En Corse, c’est difficile de travailler il a fallu que je me rende sur la Continent. Après Saint-Maur, je suis allée au Conservatoire royal de Bruxelles puis en Italie à Santa Cecilia à Rome poursuivre ma formation à l’orgue. C’est ici j’ai appris le chant.»

Le chant viendra en parallèle de ses études du clavier. Tout ça nécessite des efforts d’apprentissage mais aussi un soutien financier, comme le dit sans se cacher Anne-Marie Calloni : « C’est vrai qu’il faut être soutenu par la famille, j’ai pu donner aussi des concerts. J’ai travaillé aussi avec des professeurs hors des conservatoires mais aussi suivi des Master classes. Je continue à jouer de l’orgue à la paroisse et pour accompagner des chanteurs. Le fait d’avoir fait du piano m’aide aussi à travailler toute seule. Quand je suis sur le Continent ou en Italie, je vais retrouver mon coach vocal. »

Anne Marie Calloni, soprano, corse

Anne Marie Calloni, soprano, corse, sera à l’affiche de La Dame de Pique aux opéra de Nice et de Toulon.

On sait qu’il est difficile de percer dans la chant lyrique, tellement il sort régulièrement des nouveaux chanteurs, alors il faut passer des concours, être primée avant de se lancer dans des auditions : « C’est plus difficile en plus pour les sopranos, on est vraiment très nombreuses. » Au concours de Béziers en 2017, elle est revenu auréolée du 2e prix à l’unanimité, ensuite Anne-Marie Calloni a obtenu le 1er Prix à l’unanimité au Conservatoire à rayonnement régional de Nice.

Cela n’empêche pas Anne-Marie Calloni d’avoir des projets avec le regret que les Nuits lyriques de Bastia qu’elle avait montées avec ses parents ont dû s’arrêter faute de financement. Elle glisse ton appétence pour la musique sacrée et les oratorios, rappelle qu’elle a interprétée la Petite messe de Rossini qu’elle a chanté  sous la direction de Michel Piquemal et le projet du Requiem de Mozart, toujours accompagné par le même chef : « C’est mon mentor. Nous ferons appel à des solistes corses. »

Ses projets ne font pas oublier tout le plaisir acquis à diriger son chœur et ses quarante chanteurs. Un autre plus secret est la composition où elle s’essaye : « Quand je me compare à d’autres compositeurs, c’est difficile de montrer ce que l’on fait, il y a tellement de choses exceptionnelles. De plus en plus je pense à écrire pour mon chœur. J’y pense pour l’instant car j’ai beaucoup de pudeur. »

Bruno ALBERRO

La vidéo d’Anne-Marie Calloni

Où entendre Anne-Marie Calloni ?

  • Les 19 et 20 octobre au festival de Pézenas enchanté (34) en concert à Sainte-Ursule ;
  • Le 1er novembre: Gallia de Gounod . Direction: Pierre Bord à la cathédrale de Forcalquier (04) ;
  • Le 8 novembre dans le Requiem de Mozart. Quatuor de Haydn. Direction: Michel Piquemal . à l’Eglise de Saint Gervais de Jonzac ;
  • Le 23 novembre à l’église de la Sainte Famille à Cagnes-sur-mer dans Gallia de Gounod sous la direction de Michel Piquemal ;  
  • Les 6 et 7 décembre dans la 4e Symphonie de Mahler. Direction György Ráth à l’Opéra de Nice ;
  • Les 28 février et les 1, 3 et 5 mars dans le rôle de Prilepa dans La Dame de pique de Tchaïkovski à l’Opéra de Nice ;  
  • Les 21, 24, 26 avril dans le rôle de Prilepa dans “La Dame de Pique” de Tchaïkovski à l’Opéra de Toulon.  

Renseignement à Anne-Marie Calloni