Ce n’est plus rare que les formes artistiques soient transversales. Comme dans la pièce de Serge Barbuscia Victor Hugo, le visionnaire qui sera donnée du 5 au 8 décembre à la salle Benoît XII à Avignon. Où le metteur en scène a invité le mezzo soprano Magali Paliès qui sera soutenue et accompagnée par  l’Orchestre régional Avignon-Provence dirigé par Frédéric Rouillon.

La mezzo-soprano Magali Paliès sera de la distribution de la pièce “Victor Hugo, le visionnaire”, signée de Serge Barbuscia, Elle sera présentée du 5 au 8 décembre au théâtre Benoît XII à Avignon. Elle a créé aussi sa compagnie pour élaborer des projets comme cet opéra Léonard de Vinci qui sera donné à Paris à partir du 15 février.

La mezzo Magali Paliès Photo crédit marie julliard

La mezzo Magali Paliès sera au festival d’Avignon en juillet 2020. Photo crédit marie julliard

La transversalité des arts et des formes convient à Magali Palis, elle dit même que c’est nécessaire et que métier est de plus en plus difficile pour un artiste lyrique : « Mais il faut rester positif, nous sommes sans doute à une période de transition. Heureusement, il y a encore des directeurs restés fidèles à leurs chanteurs. Aujourd’hui il y a peut-être moins de cocooning, on ne peut pas attendre que les choses se fassent toutes seules. Souvent, on doit aussi démarcher, s’occuper de notre communication, mettre à jour nos sites Internet. »

Magali Paliès observe que le théâtre fait souvent appel à la danse ou à des chanteurs lyriques : « La musique est de plus en plus présente dans les productions. On le voit avec Serge Barbuscia qui a fait appel à une nouvelle création jouée par un orchestre. On se dirige de plus en plus vers des formes complètes. La danse, le chant ou le théâtre sont complémentaires. Même à l’opéra on nous demande d’être aussi comédien. L’opéra c’est du théâtre chanté et c’est indissociable. »

Victor Hugo, le visionnaire est une reprise d’une création faite il y a dix ans. Magali Paliès n’était pas de la première aventure : « Un spectacle évolue de toute façon que ce soit dans la mise en scène ou ici dans la musique. Il y a souvent des ajustements et des modifications. »

Elle se réjouit de voir cette reprise qui n’est pas si commune dans le monde de la musique contemporaine : « Il faut parler aussi de la force du texte de Hugo. Quand il parle de la Culture, on peut se demander s’il date de 150 ans. Ce texte est moderne et il est en résonnance avec ce qui se passe aujourd’hui. Et le jouer devant des enfants est important. Comme tous les publics les enfants aussi ont besoin d’être éduqués. Les enfants c’est le public de demain.»

Les affiches de nouvelles créations opératiques, comme témoins de leur époque, lui conviennent ; bien que Magali Paliès modère se en comparaison avec les textes de théâtre : « Il faut faire un travail avec le public. On le voit avec au festival d’Avignon où Molière attire plus que les auteurs d’aujourd’hui. C’est une dure réalité. »

Bruno ALBERRO

 

Où entendre Magali Paliès ?

  • Du 5 au 8 décembre au théâtre Benoît XII à Avignon dans Victor Hugo, le visionnaire ;
  • Le 11 décembre dans Misérables à Béziers ;
  • Les 15 et 15 décembre dans Madama Butterfly de Puccini à Perpignan ;
  • Du 26 février au 15 mars dans Sur les traces de Léonard de Vinci à l’Espace Paris plaine Paris XVe.
  • En juillet au festival Off à Avignon à l’Espace Roseau.

Renseignement à Magali Paliès