Les mélodies d’Henri Duparc gravées dans l’ordre chronologique. C’est le propos le la pianiste Sandra Chamoux et du baryton Emmanuel Cury. Tous deux enseignent au Conservatoire à rayonnement régional de Grenoble. Le disque Mélodies est sorti chez Calliope Records

Henri Duparc (1848-1933) n’a pas la renommée de ses contemporains. Si on le compare à Fauré, Saint-Saëns ou Ravel. Pour réparer ce déficit de notoriété, le baryton Emmanuel Cury et la pianiste Sandra Chamoux ont enregistré Mélodies pour le label Calliope Records. Ce disque rend hommage au compositeur. Les deux artistes ont choisi de présenter ces textes mis en musique dans l’ordre chronologique. Henri Duparc tissant ses partitions sur des poèmes de Sully Prudhomme, de Théophile Gautier, de Jean Lahor, Leconte de Lisle, de Baudelaire ou Thomas Moore. Le livret est étayé de lettres adressées au compositeur et marin Jean Cras ou plus simplement de ces proches.

La pinaiste Sandra Chamoux enseigne à Grenoble. Photo créditFanny Tondre

La pianiste Sandra Chamoux enseigne à Grenoble. Photo créditFanny Tondre

Comme il arrive parfois, les choses se font presque naturellement, quand c’est le bon moment. C’est le cas de cette rencontre entre Sandra Chamoux et Emmanuel Cury. Certes tous deux se coudoient au Conservatoire à rayonnement régional de Grenoble où chacun enseigne, certes baryton et piano se marient souvent dans les lieder. Encore fallait-il un désir commun de partager cet univers de la mélodie française ! Sandra Chamoux confie que c’était un vieux rêve d’enregistrer cette  intégrale de Duparc. La pianiste explique que le projet s’est étalé dans le temps. Un rendez-vous pris par instant pour travailler, puis affiner ce qui allait devenir d’abord un spectacle, avant de tourner en concerts. C’est ainsi que le projet s’est peu à peu rodé. C’est là que l’idée du disque a germé. Elle ajoute que les choses se sont faites graduellement : « Pour nous, l’idée de départ était de faire de la musique ensemble et de nous en donner les moyens. On a voulu entrer dans la vie de Henri Duparc ; c’était un personnage étrange pétri de contradiction.»

On ressent l’émotion poindre quand elle évoque les sentiments ressentis à la vue du disque : « J’ai été émue. Il est passé un an entre l’enregistrement et la réception du disque puisque nous avons travaillé sur le montage, écrit le livret et ensuite sont passés les mois de confinement. Je ne l’ai pas écouté en entier mais j’ai choisi des points précis où j’étais anxieuse du résultat. Mais le disque c’est comme un album photo, on ne le regarde pas tout le temps, c’est la vie et la musique d’un moment où j’assume le choix des interprétations. Mais, réaliser un disque est différent d’un concert. Le concert est l’émotion instantanée, il reste dans le cœur. Le disque se prépare, c’est réfléchi car on sait ce qui va rester, on assume chaque prise de risque. »

Une réflexion aussi sur le résultat avec une pochette cartonnée : « Le disque en plastique c’est hasbeen, on a pensé au côté écolo. Mais on a voulu réaliser un bel objet.»

Sandra Chamoux martèle que de la première répétition au disque dans les bacs, le travail a été effectué à deux avec Emmanuel Cury, sans hiérarchie entre le chanteur et la pianiste l’accompagnant : « Dans l’esprit des gens, accompagnateur, c’est réducteur. En France, il y a encore cette culture du soliste, c’est différent en Allemagne ou en Angleterre. Dans le cas présent, l’accompagnant épouse l’autre, alors qu’on est responsable l’un de l’autre. Dans notre optique, ce duo c’est comme faire de la musique de chambre. »

Cette collaboration du baryton Emmanuel Cury et de la pianiste Sandra Chamoux ne devrait pas rester sans suite : « Nous pensons à un autre projet. A titre personnel, j’ai des projets aussi autour de Claude Debussy et de Philippe Hersant. »

Bruno ALBERRO

 

Photo crédit Jean Baptiste Millot

La vidéo de Sandra Chamoux

Où écouter Sandra Chamoux ?

  • Les 15 au 25 Juillet 2020, Académies internationales de Nancy. Le stage d’été est déplacé au conservatoire de Vincennes ;
  • Le 25 Juillet 2020 à Saint-Raphaël. Au programme, Piazzolla avec le Liberquartet ;
  • Du 19 au 28 août 2020, Académies internationales d’été au Moulin D’Andé en Normandie.
  • Le 22 août 2020 au Moulin D’Andé. Au programme, Beethoven, sonates “Le printemps” et “a Kreutzer” avec Vadim Tchijik, violon et Sandra Chamoux, piano
  • Les 16 octobre 2020 à la cité des Arts à Romans au programme les trios de Beethoven avec Sabine Debruyne, violon ; Yaëlle Quincarlet, violoncelle et Sandra Chamoux, piano
  • Les 21 et 22 novembre 2020 à la chapelle du Musée Dauphinois. Au programme, l’intégrale des Sonates pour violoncelle et piano de Beethoven avec Hélène Dautry, violoncelle et Sandra Chamoux, piano ;
  • Le 11 février 2021 au Musée de Grenoble, Musée en Musique. Au programme Bach dans tous ses états avec Jean-Luc Manca, accordéon et Sandra Chamoux, piano ;
  • Le 11 décembre 2020 à la salle Olivier-Messiaen, Grenoble, en concert en hommage à Olivier Greif avec Florence Cioccolani, piano ; Nadia Jauneau-Cury, soprano ; Chrystele Chovelon, mezzo soprano et Emmanuel Cury, baryton ;
  • Le 27 mars 2021 à Chichilianne en récital de piano. Schubert au programme.Le 9 avril 2021 à la chapelle du Musée Dauphinois, Grenoble en récital de piano. Au programme : Schubert, ses trois dernières sonates.

Renseignement à Sandra Chamoux

 

Le coin CD

Sorti cher Calliope Records, Mélodies par Sandra Chamoux et Emmanuel Cury met en valeur les musiques de Duparc sur des poèmes de Gautier ou Baudelaire. (2)

Sorti cher Calliope Records, Mélodies par Sandra Chamoux et Emmanuel Cury met en valeur les musiques de Duparc sur des poèmes de Gautier ou Baudelaire.

Le label Calliope Records vient de sortir Mélodies, enregistré par le baryton Emmanuel Cury et la pianiste Sandra Chamoux. Le duo a gravé l’intégrale des mélodies de Hendri Duparc, dans l’ordre de leur création.

Le duo a gravé 13 morceaux où Henri Duparc est inspiré par les poèmes de Baudelaire, Gautier ou Sully Prudhomme. Dans le livret, des lettres du Duparc vers son frère ou Jean Cras mettent en communion les poèmes et l’époque vécu par le compositeur.

Dans l’équilibre de la voix et du clavier, les musiciens se sont appliqués à la diction afin de traduire les événements sources de ces treize littératures. On ressent les douleurs de la guerre dans les vers de Théophile Gautier ou l’Elégie de Thomas Moore que porte Emmanuel Cury d’un timbre sombre et chaud, où se décrivent les espoirs ou les souvenirs. Dans L’invitation au voyage de Baudelaire, les triolets de Sandra Chamoux se font légers, comme on embrasse un paysage ou un amour, la voix du baryton basse se fait descriptive, se veut convaincante, séductrice. Autre univers avec La Vague et la cloche de François Coppée où le duo peint la solitude méditative du poème humaniste…

Renseignement à Calliope Records