En septembre prochain, le 10e disque de la pianiste Paloma Kouider, membre du trio Karenine, sera disponible dans les bacs . Un opus en solo cette fois, consacré à Beethoven.

Paloma Kouider a consacré un CD à Beethoven. Il sera dans les bacs en septembre 2021.Photo Béatrice Cruveiller

Paloma Kouider a consacré un CD à Beethoven. Il sera dans les bacs en septembre 2021. Photo Béatrice Cruveiller

Elle s’en réjouit et sa satisfaction n’est pas feinte, la pianiste Paloma Kouider sort un nouveau disque, en solo cette fois, après quatre CD parus en musique de chambre. Celui-ci sera son second personnel, qu’elle consacre à Beethoven. Il verra le jour en septembre 2021, pour le label BY Classique, annonce-t-elle.

Dans les groupes de rock, souvent un album solo annonce une dissolution. En musique classique, rien de cela, rassure la jeune femme impliquée aussi dans le trio Karenine, dont elle est une des membres fondatrices : « Le trio reste au cœur de mon activité et d’ailleurs le prochain disque du trio paraîtra en janvier ou février 2021, pour le label Miraré, et il est consacré à des transcriptions notamment celle de la Nuit transfigurée de Schoenberg. D’autres projets passionnants sont en cours.  Nous allons enregistrer le triple concerto de Philippe Hersant et une pièce pour trio de Benoît Menut qu’on va enregistrer à Mons en Belgique. Beethoven fait partie de ma vie artistique, mais je me sens proche de la musique contemporaine et je suis consciente qu’il faut faire vivre la musique du présent. »

On pourrait s’interroger sur la nécessité d’un disque aujourd’hui, alors que les nouveaux ordinateurs n’ont plus de lecteurs. Paloma Kouider défend l’idée même de l’objet CD : « Le disque est le résultat d’un projet longuement mûri.  Même si la rémunération des artistes par les ventes de disques est quasi inexistante, même s’il manque la spontanéité du concert. C’est vrai que le disque se vend moins, toutefois, on le propose à la fin des concerts et il se vend. Quand l’objet est beau, il plaît. Et pour moi, c’est une fierté de voir augmenter ma discographie. Des collectionneurs s’intéressent encore au disque. Et puis, il y a une qualité d’écoute et c’est une version aboutie. Un disque est une photographie de soi par rapport à une œuvre. C’est une manière de dialoguer en établissant le programme qu’on a envie de jouer. Il est nécessaire de structurer nos idées pour le préparer. En fouillant les œuvres que l’on enregistre, je pense que ça nourrit aussi le trio.»

La sortie du studio effectuée, Paloma Kouider attend le retour à la scène : « C’est un désir fort de retrouver la scène. Ce n’est pas remplaçable, c’est une sensation physique aussi, sans compter les voyages et les rencontres avec le public après les concerts. »

En attendant cette reprise devant un auditoire, Paloma Kouider profite de lire des romans ou des essais, comme rejoindre les traits d’une vie en pointillé : « Tout ce que je n’ai pas le temps de faire en temps normal, dans la continuité. J’en profite aussi pour construire des projets de longue haleine. »

Bruno ALBERRO

 

Renseignement à Paloma Kouider