Le 26 mars à Brest avec l’Ensemble Sillages, la flûtiste Sophie Deshayes interprétera une création de Lara Morciano. La compositrice italienne a signé une littérature pour flûte et électronique. A qui il était prédit une vie dans un orchestre au sortir du Conservatoire, Sophie Deshayes a trouvé ailleurs son âme d’artiste, entre les créations et l’enseignement, et maintenant comme coordinatrice du festival “Musiques en Tonnerrois”, dans l’Yonne.

La flûtiste Sophie Deshayes est aussi coordinatrice du festival de musique de chambre de Tonnerre dans l'Yonne. ©Dominique Déhan

La flûtiste Sophie Deshayes est aussi coordinatrice du festival de musique de chambre de Tonnerre dans l’Yonne. Il aura lieu les 26, 27 et 28 août. Photo crédit Dominique Déhan.

La flûtiste Sophie Deshayes aime la beauté et le bon goût; elle a gravé en lettres d’or cette citation d’Eugène Walckiers, qu’elle récite à l’envi. Elle est reprise dans sa méthode de flûte (ca.1829) où il écrit : “Le Goût est ce tact fin, délicat et prompt qui porte à donner à chaque chose le ton, le caractère et la place qui lui conviennent. Il précède la réflexion, et a sa source dans la finesse du cœur : il orne et embellit tout. Il s’exerce sans cesse, et presque toujours à notre insu, ce qui nous le fait prendre pour un sentiment inné ; il est néanmoins susceptible de perfectionnement ; donc, il est tout à la fois un don naturel et le fruit de l’éducation.”

Cette beauté, ce sens de la découverte du collectif, et de l’ouverture vers l’autre, Sophie Deshayes les fouille comme interprète, comme professeur ou comme organisateur de festival. Justement, le festival “Musiques en Tonnerrois” a sorti son programme établi des 26, 27 et 28 août. Entre la direction artistique et l’équipe de production, dans son organisation, la flûtiste Sophie Deshayes tient le poste de coordinatrice.

Ce rendez-vous culturel dans l’Yonne prolonge le chemin commencé à sa sortie du Conservatoire à rayonnement régional de Paris. Elle tient beaucoup à ce que se maintienne la genèse du projet, né il y a trois ans et, porté par tout un groupe : « Le projet se construit collectivement avec la dizaine de musiciens qui vive dans la région de Tonnerre. Au début, on faisait jouer nos enfants. Puis on s’est dit pourquoi ne jouerions-nous pas ensemble ? La première fois, on a donné un concert, l’année suivante on a prévu sur un week-end, là sur trois jours. Nous avons passé une commande à Frédéric Pattar, qui est venu plusieurs fois dans l’Yonne. Nous lui avons demandé de s’attacher au territoire. Sa partition est inspirée par la Fosse Dionne de Tonnerre (NDRL : Qui tiendrait son nom de Divona, déesse gauloise). »

Elle qui semblait destinée à vivre sa vie de musicienne dans un orchestre s’est convaincue qu’il y avait une autre voie : «Je terminais le lycée avec le bac de français et la philo. Je ne voulais pas être artisan mais être artiste  et faire mon propre chemin. Je peux dire que l’enseignement s’est imposé à moi que ce soit pour transmettre et recevoir. »

Musique et école du Louvre

La flûtiste Sophie Deshayes est aussi coordinatrice du festival de musique de chambre de Tonnerre dans l'Yonne. ©Dominique Déhan

La flûtiste Sophie Deshayes défend la musique contemporaine. Photo crédit Dominique Déhan.

Sophie Deshayes a aussi emprunté quelques détours, comme de se diriger vers d’autres formes artistiques, en fréquentant l’école du Louvre : « Je voulais voyager et rencontrer des créateurs de musique contemporaines. » Une musique qui trop souvent se résume à audible ou à l’inaudible, dans la pensée collective. Ce que corrige la flûtiste, qui comme le violoncelliste Rostropovitch défend les compositeurs de son temps : « Ce qui est au départ inaudible peut devenir audible. Ce qui est curieux peut devenir commun. Il existe des commandes pour des créations et rarement pour leurs diffusions, c’est pour cela qu’elles sont jouées si peu de fois. Ce qui m’attire, c’est la curiosité et de découvrir une partition. Des fois, je me dis ça me fait penser à quelque chose, d’autres fois ça ne fait penser à rien et ça, ça m’intéresse. Il faut mettre les mains dans le cambouis et y aller. Ce qui est intéressant aussi c’est de pouvoir jouer ces nouvelles œuvres et de côtoyer les compositeurs. Il faut rester éveiller, c’est avec l’enseignement, il faut se laisser surprendre.»

Si elle enseigne au Pôle Sup 93, Sophie Deshayes glisse que tous les deux ou trois ans, elle aime retrouver des enfants : « J’ai l’impression de débuter, d’être dans l’inattendu et la découverte. »

Nouveaux jeunes élèves, nouvelles partitions, le parallèle est facile ; la sensibilité et la perception de l’artiste sont similaires, avec comme pierre angulaire : susciter la curiosité.

Elle ne s’autorise pas à prédire le devenir d’un enfant dès qu’il a soufflé ses premières notes : « C’est difficile d’avoir une vision à long terme. On peut se tromper. Ce qu’on peut ressentir c’est l’énergie de l’élève. Ce qui est important pour moi est de laisser le temps au temps, plutôt que viser tel ou tel objectif. Les voies des élèves changent, parfois elles bifurquent vers autre chose. Tous les élèves sont extraordinaires et je m’en souviens de beaucoup.  Ce qui fait le succès c’est le travail ; le don est important mais pas essentiel. Je crois à la curiosité, celle qui donne envie et alimente le feu pour faire quelque chose. Quand on dit d’un enfant que s’il suit un cycle musical il réussira dans la vie, c’est à la fois vrai et pas vrai. Je pense que c’est valable pour tout ce qui est artistique ou pour le sport. La musique est un des vecteurs pour participer à l’épanouissement de l’enfant. Vous savez il y a aussi des gens malheureux qui font de la musique. Elle est un beau vecteur mais ce n’est pas une baguette magique. »

Alors quand elle apprend la réussite d’un ou d’une protégée, comme son ancienne élève Elsa Marquet Lienhart, quel sentiment se réveille en elle ? « J’ai beaucoup d’admiration. Leur réussite me fait plaisir. Pour Elsa, c’est bien qu’elle ait pu trouver sa place en développant quelque chose qui lui tenait à cœur. »

Bruno ALBERRO

 

Photo crédit Arturo Fuentes

Où entendre Sophie Deshayes ?

Renseignement à Sophie Deshayes

Le festival Musiques en Tonnerrois en bref

Le 26 août à 20 h au marché couvert de Tonnerre, concert d’ouverture “Romantisme et temps modernes”. Au programme la création 2021  de Frédéric Pattar pour Quatuor pour flûte, alto, violoncelle et piano; Erwin Schulhoff ; Arnold Schoenberg ; Sergueï Rachmaninov ; Igor Stravinsky et Robert Schumann ;

Le 27 août à 20 h à l’Église de Junay, concert​ “Romantisme et musique française”. Au programme Maurice Duruflé ; Ernest H. Papier ; Jules Massenet ; Pauline Viardot et Franz Schubert ;

​Le 28 août à 20 h à l’Église de Pacy-sur-Armançon, concert de clotûre, ​ “Métamorphoses”. Au programme Hector Berlioz ; Alexandre Gasparov ; Fuminori Tanada ; Félix Mendelssohn et Anton Dvorak Danses slaves dans une transcription Alexandre Gasparov.

Renseignement à Musiques en Tonnerrois

Le Coin vidéo