Privé de son public pendant de longs mois, Philippe Grison, directeur général de l’Orchestre national Avignon-Provence, a lancé une tournée de concerts gratuits en Région sud. Elle commence ce samedi à Villeneuve-lez-Avignon dans la Gard voisin et se poursuit ce dimanche à Valréas pour se finir le 18 juillet à Martigues. La phalange a invité le violoniste Julien Chauvin et la soprano Leïla Brédent.

Le soprano Leila Brédent en concert avec L'ONAP à Villeneuve avant une tournée de concerts gratuits en Région Sud-Paca

Le soprano Leila Brédent en concert avec L’ONAP à Villeneuve avant une tournée de concerts gratuits en Région Sud-Paca

Le public s’est installé sous les voûtes de la galerie du cloître de la Collégiale de Villeneuve-lez-Avignon. Pour l’occasion le jardin s’est transformé en vaste scène, investie par une partie de l’Orchestre national Avignon-Provence, même si les piliers ornés privaient d’une partie des musiciens. C’est par cette incursion dans le Gard, que la phalange avignonnaise a commencé sa tournée estivale des concerts gratuits. Philippe Grison son directeur avait souhaité que l’orchestre, même en effectif réduit, retrouve son public de la région Sud-Paca dont il a été privé pendant une saison ou presque. Il a concocté un programme baroque autour de Haendel, Mozart ou Vivaldi, confié la direction au violoniste Julien Chauvin et il a invité la soprano Leïla Brédent. Un cocktail réussi, quasi extatique dans le lieu empreint de sacré. Tant par le choix des pièces chantées que par la grandeur du lieu où les voix semblent s’élever vers le divin. Un sentiment devenu prégnant quand Leïla Brédent vocalise avec les Alléluia dans “Exultate Jubilate” que Mozart a écrit en 1773, à 17 ans. La soprano fait montre de chaleur et de souplesse vocales, d’agilité raffinée pour interpréter ce troisième mouvement, aussi périlleux que vertigineux.  On se laisse soulever par tant de facilité.

A peine le temps de souffler que Leïla Brédent s’engage dans le “Laudamus te”, extrait référent de la Messe en ut du même Mozart. Un air opératique s’il en est dans la musique sacré ; surtout chez Mozart ou l’apparente simplicité n’est qu’illusion. Surtout pour cet air qui dure près de 5 minutes dont les deux-tiers sont vocalises, sans médium permettant de se relâcher. Que dire alors de la dernière pièce de Vivaldi “In Furore Iustissimae Irae”, écriture en apothéose du prêtre compositeur vénitien en quatre mouvements, où Leïla Brédent amène le public de la fureur à la terreur, jusqu’à l’appel des âmes de l’Alléluia que la soprano colore de blanc céleste.

Bruno ALBERRO

 

Tournée d’été de l’Orchestre national Avignon-Provence en bref

“Temps d’éclats”, dirigé par le violoniste Julien Chauvin et la soprano, Léïla Brédent

  • Le dimanche 4 juillet, 21h à Notre-Dame-de-Nazareth à Valréas ;
  • Le mardi 6 juillet, 21h à l’église Saint-Louis à Hyères ;
  • Le mercredi 7 juillet, 21h à l’église Saint-Michel à Draguignan ;
  • Le jeudi 8 juillet à 21h à la cathédrale Notre-Dame-de-Nazareth à  Vaison-la-Romaine ;
  • Le vendredi 9 juillet, 21h à l’église Notre-Dame de Beaulieu à Cucuron ;
  • Le samedi 10 juillet à 21h à l’église Saint-Sauveur à Manosque ;
  • Le dimanche 11 juillet à 21h à la collégiale Notre-Dame des Anges à l’ Isle-sur-la-Sorgue ;
  • Le 18 juillet à 21h à l’église Saint-Genest de Martigues.

Au programme : Georg Friedrich Haendel, Suite n°2 en ré des Water Music ; Wolfgang Amadeus Mozart, Exultate Jubilate ; Wolfgang Amadeus Mozart, Symphonie n°28 ; Wolfgang Amadeus Mozart, Laudamus te de la messe en ut ; Antonio Vivaldi, Motet “In Furore Iustissimae irae”.

Occhiolino Musicale, dirigé par Debora Waldman et la flûtiste Yaeram Park :

  • Le vendredi 16 juillet à 21h à l’église Saint-Nicolas à Pertuis ;
  • Le samedi 17 juillet à 21h à l’abbaye Saint-Michel de Frigolet, à Tarascon.

Au programme : Domenico Cimarosa, Ouverture « Il Matrimonio segreto » ; Saverio Mercadante, Concerto pour flûte et orchestre ; Gioachino Rossini, Ouverture « Il Signor Bruschino » ; Luigi Boccherini, Menuet pour cordes tiré du Quintette Opus 11 n°5 ; Luigi Boccherini, Symphonie n°6

Renseignement à l’Orchestre national Avignon-Provence