Un travailleur de l’ombre, voici résumé en deux mots le rôle de Paulin Reynard, directeur de production des Chorégies d’Orange. Ce festival lyrique s’étendra du jeudi 5 juillet au samedi 4 août.
Le jeune homme se présente comme un rouage entre l’artistique et le technique pour l’organisation d’un spectacle et ici d’un festival: « J’ai la chance, je suppose, d’avoir noué une excellente relation avec Vincent Payen, directeur technique. Nous sommes complémentaires. Nous pouvons ensemble répondre à la demande des réalisateurs en pouvant associer au mieux les intentions du metteur en scène et les contraintes techniques ou technologiques. Ce dialogue est permanent avant les répétitions et même pendant. Nous devons faire en sorte que ça fonctionne. Quand ça ne fonctionne pas, on réfléchit ensemble à une solution que nous proposons à notre directeur Jean-Louis Grinda. »
Paulin Reynard cite l’exemple d’une texture de sol qui n’était pas compatible avec des talons aiguilles ou des situations qui mettent le chanteur en danger : « La diplomatie est nécessaire, il faut savoir discuter et écouter, être patient surtout. Il est important d’anticiper entre deux éditions, tout en sachant que tous les jours du festival il y aura des problèmes à régler très divers et tout immédiatement que ce soit pour un train pas à l’heure, une voiture pris dans des embouteillages, un problème de scénographie ou dans un planning. On résout pas mal de problèmes avec l’humour. Et puis la flatterie a des limites.»
Paulin Reynard souligne qu’il n’y a pas d’école pour apprendre ce métier : « On régit et réagit une fois en place. Mon goût pour ce métier est venu avec le monde associatif. »
Il attend sereinement le début des Chorégies, se tourne vers le planning pour annoncer l’arrivée des modulaires le 14 juin, soit quelques jours avant “Musiques en fête”, l’émission de France 3 est programmée le mercredi 20 juin à 20h30. Une fois que les équipes de télévision auront démonté le plateau il faudra s’attaquer à la mise en place de Mefistofele de Boito qui ouvrira le festival lyrique le jeudi 5 juillet : « Avec Vincent Payen, je suis allé voir la fabrication des décors aux ateliers Artfefact de Courthezon. On a pu mesurer quels problèmes pouvaient encore surgir avant que les éléments arrivent au théâtre antique. »
Il n’est pas jaloux de ne pas se trouver sur le devant de la scène : « Je ne suis pas fait pour ça. Etre chanteur lyrique nécessite une permanence. Je voulais plutôt faire plusieurs choses. Peut-être, j’aurais aimé être chef de chant-pianiste car il a un rôle essentiel pour la préparation d’un spectacle. »
C’est encore un métier de l’ombre. Soulignant  que son travail est la réussite du spectacle.
Tout est dit.

Propos recueillis par Bruno ALBERRO

En bref : Les Chorégies d’Orange du jeudi 5 juillet au samedi 4 août : opéras, concerts, ciné-concerts, danse.

Renseignement au 04 90 34 24 24 ou à www.choregies.com