La pianiste Jasmina Kulaglich est Serbe, elle vit en France depuis qu’elle a obtenu une bourse pour poursuivre ses études. Elle a formé le trio Bohème aux accents slaves. De cette réunion, est né un disque consacré à Tchaïkovski et à Piazzolla. Deux univers qui marquent ainsi sa personnalité.

Son chemin de vie l’a conduite de sa Serbie natale à la France, comme une évidence. Comme elle est pianiste, c’eta une évidence également. Toute petite, vers l’âge de dix ans, les parents de Jasmina Kulaglich l’ont inscrite dans une école bilingue franco-serbe, et le mode scolaire de l’ex-URSS et des pays alliés permettait aux enfants de suivre des cours de musique tous les après-midi.
Quoi de plus normal alors que la France lui octroie une bourse d’études afin de poursuivre sa formation pianistique dans l’Hexagone : « En fait, je me nourris de trois influences, l’école russe et tchèque où on travaille la qualité du son, l’école française pour la précision mais aussi l’école latino-américaine, d’avoir suivi des masterclasses de ce modèle où on s’applique à l’ouverture de l’âme. Avec toutes ses influences, j’en ai sorti un son très personnel.» Un son que l’on retrouve dans le Trio Bohème qui réunit outre Jasmina Kulaglich au piano, Lev Maslovsky au violon et Igor Kiritchenko, au violoncelle. Elle aime à dire que c’est un jeune trio composé de musiciens d’expérience, ayant fait leurs armes avec le quatuor Tchaïkovski ou le quatuor Anton, de solides réputations. Trois slaves, trois pays différents pour aller de Tchaïkovski (transcrit pour trio par Alexandre Goedicke) à Piazzolla comme en témoigne leur premier opus, sorti chez Calliope en ce début de mois d’avril : « Ce trio montre que malgré la politique et l’actualité, la musique œuvre pour la paix. »
A-t-elle besoin de préciser qu’elle a conservé la fibre slave de sa naissance : « Nous sommes sensibles et nous avons du caractère. Mais pour moi rester en France était une évidence, ça provient d’une force intérieure sans que je renie mon pays pour autant. Mon pays natal est dans mon cœur. Mais je n’ai pas l’accent serbe qui roule les R comme les Russes, puisque mes professeurs étaient français. De parler français, ça m’a aidée pour vivre ici.»

La pianiste Jasmina Kulaglich se produit aussi avec le Trio Bohème qui vient de sortir un CD Les Saisons consacré à Tchaïkovski et Piazzolla.

La pianiste Jasmina Kulaglich a enregistré Mosaïque byzantine de Svetislav Božić.

Une fois n’est pas coutume Jasmina Kulaglich a ajouté à son piano une partie théâtralisée pour un spectacle qui a tourné cinq saisons : « Je fonctionne à l’instinct, j’ai ressenti le besoin de faire ce spectacle où on ajoutait du texte à de la musique. Maintenant, ça se fait souvent. J’avais envie de défendre des thèses humanistes avec des textes de Victor Hugo ou de Mallarmé. C’était une entité qui parlait sur scène, en mot et en musique. Ce spectacle répondait à un besoin de l’âme. Mais ça a représenté cinq ans de ma vie de pianiste. »
Jasmina Kulaglich s’est ouverte aussi aux compositeurs actuels, elle a enregistré “Mosaïque byzantine” de son compatriote Svetislav Božić : « C’est un style post-impressionniste, il ya une vraie richesse, c’est intéressant de travailler avec de nouveaux compositeurs, mais je n’oublie pas ceux de tous les siècles précédents que l’on continue à jouer. »
On pourrait s’étonner à l’heure de la dématérialisation qu’enregistrer encore des disques en dur et en solide, soit nécessaire : « Le disque reste un magnifique objet. Il véhicule longtemps l’énergie. Graver un CD, c’est comme un livre, c’est précieux et c’est important. Je suis de nature optimiste, je pense qu’il y aura toujours des gens sensibles aux objets. Je crois que le CD peut cohabiter avec les captures sur Internet.»

Bruno ALBERRO

 

Photo crédit Laura Cortès.

La vidéo de Jasmina Kulaglich

La pianiste Jasmina Kulaglich se produit aussi avec le Trio Bohème qui vient de sortir un CD Les Saisons consacré à Tchaïkovski et Piazzolla.

La pianiste Jasmina Kulaglich se produit aussi avec le Trio Bohème qui vient de sortir un CD Les Saisons consacré à Tchaïkovski et Piazzolla.

Le coin CD :

“Les Saisons” du Trio Bohème chez le label Calliope avec les Saisons de Tchaïkovski, transcrit pour trio par Alexandre Goedicke et Les Quatre Saisons à Buenos Aires d’Astor Piazzolla. 

Où entendre le trio Bohème ?

  • Le 30 avril à 20 heures à l’Institut Goethe à Paris concert promotionnel du CD “The Seasons” du Trio Bohème